numero 24 - Juin 2015    

> sommaire
> editorial
> en premier plan
> la rédaction
> copie hommage
> abonnements
> poste

 

Une CONGREGATION RELIGIEUSE de vie apostolique
Les Soeurs de la Charité de sainte Jeanne-Antide Thouret sont une Congrégation de femmes
consacrées à Dieu par les vœux de pauvreté, de chasteté, d’obéissance et du service des pauvres, engagées dans la mission de l’Eglise, en collaboration avec d’autres, au service de l’évangélisation, de la promotion des personnes par l’éducation, les soins, le service social.

La FONDATION
La Congrégation a été fondée par Jeanne-Antide Thouret, le 11 avril 1799, en France à une époque marquée par les conséquences de la Révolution française sur la vie des populations et de l’Eglise. Appelée par les prêtres de son diocèse, Jeanne-Antide fonde écoles et dispensaires pour les pauvres, répond, avec ses soeurs, à de nombreux appels des autorités religieuses et civiles, en France, en Suisse, en Savoie. En 1810, elle reconnaît « la voix de Dieu » dans la voix des souverains de l’époque qui l’appellent pour une mission lointaine à Naples, en Italie. C’est là qu’elle meurt, le 24 août 1826, avec la joie de voir son Institut approuvé par le Pape Pie VII mais avec la cruelle souffrance d’être rejetée de son diocèse d’origine.
Aujourd’hui, les Sœurs de la charité sont présentes sur 4 Continents, dans 27 nations.

La SPIRITUALITE
La spiritualité de saint Vincent de Paul dont Jeanne-Antide a fait l’expérience avant la Révolution, dans les débuts de sa vie religieuse chez les Filles de Charité, a marqué profondément sa vie et celle de sa Congrégation.

Une spiritualité centrée sur Jésus-Christ:
«C’est Jésus seul que nous avons suivi, c’est Lui seul que nous voulons toujours suivre»  J.A circ. 1823

Une spiritualité incarnée et contemplative:
« Ne considérez que Jésus-Christ dans la personne des pauvres. Servez-les toujours comme vous serviriez Jésus-Christ lui-même…»  Instr. Sur les vœux LD p.40

Une spiritualité missionnaire:
Jeanne-Antide disait qu’elle «passerait les mers, qu’elle irait au bout du monde, si elle croyait que Dieu le voulût pour procurer sa gloire»  LD p. 627

 
homepage
qui
  sommes-nous?
contacts
archives
 
Italiano
Française